Laüna et moi
  • Elle était là, elle m’attendait !
  • La Vie de ses espaces
    • Pré des Femmes sur son printemps
    • Pleine Lune sur la Vire
    • La nuit tombe sur le Lac
    • Les gardiens et leurs histoires
      • Ma rencontre avec Ori
      • Teora et Juliette
Title Image

Blog

Origine du monde de Laüna

  |   Laüna   |   No comment

J’ai eu envie de voir pétiller ce monde dans vos yeux, alors que l’ai imaginé merveilleux. Et en même temps, c’est dans mon cœur qu’il pétille et mes yeux s’en émerveillent. Je l’ai senti naître riche de sa poésie et de sa profondeur. J’en ai perçu chaque recoin, chaque souffle, chaque vague… 

Il a pris tellement de place dans ma vie, que j’ai choisi de vous le partager. Pour cela je l’ai mis en mots et mon compagnon l’a mis en images. Ce monde est le mien. Il vous appelle à connecter le vôtre. Où est en vous ce merveilleux monde de Laüna ?

 

“Dans une vallée secrète, au-delà des Montagnes Sauvages des Terres sans fin, se dessine un monde merveilleux, le monde de Laüna.
Il a été déserté depuis des milliers d’années par les femmes, entraînant avec elles leurs enfants et leurs hommes. Les plaines des Terres d’à Côté leur semblaient plus fertiles et donc plus productives.

Le monde de Laüna, même déserté, a continué sa vie au fil des saisons, au gré des phases de la Lune.

En son cœur, Rakau Mutunga, l’Arbre d’Eternité trône et grandit dépassant la Vire au Nid d’Aigle, surpassant la Montagne Pukapuka, s’élevant vers le Ciel au-delà du Pic aux Doigts de Fée, il se dresse au-dessus des Montagnes Sauvages des Terres sans Fin dans l’espoir d’apercevoir la Grande Mer et les femmes qui s’y retrouvent après leur dure journée de labeur.
Sa présence au-delà des montagnes, telle une puissance dressée vers le firmament est un appel silencieux autant qu’impérieux. Sa seule présence rappelle aux femmes leur Terre d’origine où coule leur source, la source des Femmes.
Rakau Mutunga a grandit, s’appuyant sur ses profondes racines pour s’élancer toujours plus haut dans le ciel à la rencontre des étoiles, Aujourd’hui, chaque nuit, il les caresses doucement et même amoureusement. Elles se laissent faire et ronronnent au ciel un doux frou frou que parfois, il peut t’arriver d’entendre.

En hiver, ses branches dénudées se dressent fièrent dans la beauté de leur nudité. Le rose nacré des premiers pétales de ses fleurs ourle délicatement les formes de son feuillage printanier inspirant aux femmes les couleurs de leurs jupes amples. Ses fleurs en pleine maturité offrent leur cœur d’or au firmament et lâchent leurs pétales. Curieusement, ces pétales ne fanent jamais, ils portent l’éternité.

Chaque pétale s’envole dessinant dans l’air une langue de feu qui disparaît dans les nuages. Il arrive que l’un d’eux se tourne vers la Terre et se dépose sur les eaux calmes de la Grande Mer.Ce pétale est alors un trésor pour la femme qui le trouve. Il se dépose à ses pieds et la choisit comme Gardienne. La femme le ramasse  précieusement et le porte instinctivement contre son ventre, juste sur son utérus sans vraiment savoir pourquoi. Le pétale, silencieusement, la rappelle à son cycle, son cycle la rappelle à sa source… Rakau Mutunga l’exhorte à se mettre en route pour revenir sur ses Terres de Femme.

Chaque soir, la femme pose ses mains timidement sur le pétale. Quel est donc ce mystère qu’il contient ? Certaines disent que lorsqu’une femme trouve un pétale, elle donnera naissance à un enfant dans l’année. Étonnamment, cette croyance perdure même si le temps ne semble pas lui donner raison. Et si c’était d’un autre enfant qu’il s’agissait ? La seule chose que l’on sait, est que la femme désignée par le pétale partira dans l’année. Elle lâchera ses outils de labeur et se mettra en chemin, mue par un élan dont nul ne connaît la source. Elle partira  et prendra la direction des Montagnes Sauvages des Terres sans Fin sans avoir de destination. Personne sur les plaines fertiles des Terres d’à Côté ne sait ce qu’il advient de celle qui est partie.

Aucune femme ne sait ce qui l’attend lorsqu’elle répond à cet appel mystérieux et impérieux. Mais lorsqu’elle y résiste, elle est aspirée imperceptiblement tout autant que sûrement vers le gouffre aux ombres brumeuses.” (extrait des contes des Terres de Laüna écrits par Maïtie”.

Toi qui lis ces mots, ressens-tu l’appel de ce monde oublié, le monde de tes Terres de Femme ?

 

Aucun commentaire

Laissez-nous vos commentaires